Comment soigner l’Amyloïdose ou amylose chez le Sharpeï ?

Qu’est-ce que l’amyloidose ? Excellente question. Encore inconnu du grand public l’Amyloïdose ou amylose est une maladie extrêmement dangereuse pour la race canine. Notamment chez le chien shar peï. Petite information : Les principales causes de l’amylose sont les inflammations chroniques et les importantes lésions. Selon les études, cette maladie rare peut être fatale pour les petits amis à quatre pattes si les traitements tardent. Soyez donc vigilant et emmenez régulièrement votre chien chez le vétérinaire pour des visites de routine. Comme l’affirme un célèbre dicton : mieux vaut prévoir que guérir. Mais une question se pose alors. Comment soigner les chiens déjà atteints de l’amylose ? Que faut-il faire pour éviter que l’amylose s’aggrave et devienne fatale pour le chien ?

Important : les symptômes de l’amyloïdose

Comme les vétérinaires le disent, pour donner le traitement adéquat aux animaux il faut avoir le bon diagnostic. Mais comment établir un bon diagnostic ? La réponse est simple. Il faut connaître les symptômes de la maladie. Comme son non l’indique, l’amyloidose rénale se manifeste par une insuffisance rénale. En d’autres mots, les symptômes de cette dernière sont apparentés à une insuffisance rénale. Bon à savoir : l’insuffisance rénale est l’unique symptôme de l’amylose. Aucun autre symptôme n’apparaît avant cette dernière. L’amyloïdose du chien se caractérise par un dépôt de substance protéique au sein de certains organes vitaux. Des organes tels que le pancréas, le foie, l’intestin et bien évidemment les reins. L’inflammation des tissus par la substance protéique peut en effet avoir des conséquences spécifiques ou systémiques sur les organes. D’une manière plus simple, l’inflammation peut attaquer un seul organe ou plusieurs organes en même temps. Information supplémentaire : chez un animal ayant hérité de l’Amyloïdose, les symptômes se développent entre l’âge de 5 et 8 ans. Ce qui est assez précoce. Les signes cliniques les plus observés sont les troubles de la coagulation ou encore les œdèmes des membres. N’oubliez pas la forte fièvre intermittente et le gonflement des membres postérieurs. Attention ! le pronostic est très faible pour les chiens atteints de l’amylose. Et ce, quelles que soient leurs races. En général, l’espérance de vie ne dépasse pas un an sans les soins adéquats.

Essentiel : Comment savoir si votre chien est atteint de l’amyloïdose ?

Comment distinguer un chien malade de l’amyloidose et un chien sain ? À vue d’œil, cela paraît bien complexe. Petite astuce : faites des recherches approfondies sur internet pour en savoir un peu plus sur le sujet. Comme le disent les jeunes, sur internet il y a tout. Il suffit d’avoir le bon mot clé pour avoir un résultat pertinent. L’amyloïdose ou fièvre de shar peï est très fréquent au cours des dix-huit premiers mois du chiot. La fièvre de shar peï se manifeste souvent par une hausse de température. En général, la température excède la barre fatidique des 40 °. Cette hausse de température apparaît immédiatement dans les 24 à 36 heures qui suivent les premiers signes de faiblesse de l’animal. Sachez que la fièvre est continue et s’arrête spontanément. Avec l’âge qui avance, la fièvre familiale s’aggrave et les crises s’échelonnent sur un plus grand intervalle de temps et deviennent encore plus violentes. Dans la plupart des cas, la fameuse fièvre s’accompagne d’une ou de plusieurs inflammations. Des inflammations dont la majorité est localisée au niveau des articulations et du museau. Les statistiques indiquent environ 53 % des cas. Informations pratiques : chez certains sujets, une douleur abdominale s’ajoute à la longue liste des symptômes.

Amyloidose rénale : comment se transmet-elle ?

Comment se transmet l’amylose chez le Sharpeï ? La question à 1000 dollars, comme les jeunes le disent si bien. Contrairement aux idées reçues, l’amyloïdose n’est pas une maladie contagieuse. Vous n’avez aucun souci à vous faire tant que votre petit compagnon ne descend pas d’une lignée de porteur de gène. Les études confirment qu’à l’heure actuelle le mode de transmission le plus observé est autosomique récessif. D’une manière plus simple, les deux parents doivent être porteurs du gène malade. Un qui est présent dès l’état homozygote. Ce qui confirme la nature génétique de l’amylose. En effet, dans la plupart des cas, l’amylose est un héritage venant des ascendants. Un chiot dont les deux parents sont porteurs du gène a donc beaucoup plus de chance d’hériter du gène qu’un chiot dont un seul parent est malade. Que faut-il faire dans le cas où votre compagnon descend d’une longue lignée de porteur de gènes ? Dans ce cas, il faut suivre la logique des choses ou encore prendre un maximum de précautions. L’idéal est d’aller systématiquement chez le vétérinaire pour suivre l’évolution des symptômes. Seul un vétérinaire peut aider ce dernier à aller mieux. Notamment en prescrivant les soins et traitements nécessaires.

Le meilleur soin : la prévention

Existe-t-il un moyen fiable pour diagnostiquer l’amyloïdose chez le chien shar peï ? La question que vous attendiez tous. La réponse à cette fameuse question n’est ni négative ni positive. Elle penche vers les deux côtés de la balance. Depuis des décennies, les scientifiques se sont donné corps et âme afin de concevoir un test de dépistage fiable et efficace. L’unique test conçu jusqu’à ce jour est encore assez précaire. En effet, au lieu d’entrer dans la catégorie des moyens préventifs, le test se fait après le décès de l’animal. Ce qui est désavantageux pour ces petits rayons de soleil à quatre pattes. Mais comment confirmer que le résultat du test est positif ? La méthode utilisée lors du test est assez simple. Pour obtenir un résultat fiable, le rein prélevé est coloré au rouge Congo. Une fois le processus terminé, la couleur finale du rein permet d’établir un diagnostic définitif. Un diagnostic définitif qui confirme par la suite si votre fidèle compagnon est mort de l’amylose. Pas de panique ! Pour venir en aide aux propriétaires d’animaux de compagnies de race canine, des recherches sont en cours. Des recherches qui visent à établir un test préventif. En d’autres mots, un test qui se fait sur des animaux vivants.

Existe-t-il un traitement efficace pour soigner l’amyloïdose chez le Sharpeï ?

Quand il s’agit de l’amylose, tout le monde panique et se demande s’il existe un traitement efficace. Les soins de l’amyloïdose sont uniquement symptomatiques. Pour les spécialistes, octroyer des soins symptomatiques signifie également soulager les douleurs causées par les symptômes. Le but de ces types de soins est surtout de traiter l’insuffisance rénale qui est un des signes cliniques les plus importants de la fièvre de shar peï. Dans le cas d’une insuffisance rénale répétée due à l’amyloïdose, les soins doivent être systématiques. En d’autres termes, le sujet doit avoir des soutiens thérapeutiques pour soutenir sa santé. Informations pratiques : les soins thérapeutiques et les soins symptomatiques ne sont en aucun cas curatifs. Ces derniers sont à but palliatif. Pour ceux qui l’ignorent, l’atteinte rénale est irréversible. Donc des traitements curatifs serraient sans effet à cause de la gravité de la situation. Pour les vétérinaires, le plus urgent est de donner une meilleure qualité de vie aux animaux souffrants en améliorant leur confort. Mais comment faire ? Restreindre la souffrance en améliorant l’état des sujets. Mais si cela est possible, pourquoi ne pas augmenter l’espérance de vie à plus d’un an ? Seuls les chercheurs pourront apporter une réponse à ce souhait. Pour le moment, les antidouleurs comblent bien ce vide et aide les sujets malades.